imagestaubiraMadame la Ministre de la Justice,

 Conscient, comme tous les Français, des limites de la politique carcérale, la surpopulation dans nos prisons ayant atteint au 1er juillet 2013 le niveau record de 13 867 détenus, je me permets, par la présente, de vous soumettre ma solution à ce fléau qui met sur les dents nos surveillants pénitentiaires soumis à une insécurité permanente. Celle-ci tient en un nom et prénom : Jean Laville ! Cet homme politique, charpentier de profession, adhérant au Parti Socialiste SFIO et maire de Gueugnon en Saône et Loire de 1919 à 1938 consacra sa vie à défendre le droit des ouvriers. Très bien, me direz-vous, mais en quoi cet homme qui a passé l’arme à gauche (1) depuis belle lurette peut-il contribuer au désengorgement des prisons françaises ? Mais parce qu’il a un stade, ma petite dame (2), il a un stade qui porte son nom, le stade Jean Laville à Gueugnon dont la capacité est de 13 872 places exactement. Et oui vous ne rêvez pas Madame la Ministre, la capacité du stade Jean Laville correspond à quelque chose près au nombre de détenus en surplus dans nos prisons. Permettez-moi, par conséquent, de vous poser la question suivante : Pourquoi ne pas transférez ces 13 867 détenus dans les tribunes du stade Jean Laville ? Cela permettrait au Football Club de Gueugnon, dont la descente aux enfers serait trop longue à résumer et qui évolue désormais en championnat de France amateur (CFA), d’avoir les soirs de match un public chaud bouillant à même de lui faire gagner les matchs. Le club s’inscrirait ainsi dans une dynamique de reconquête grâce à son 12ème homme : le public…….de détenus. Je ne vous apprendrai rien, Madame la Ministre, en vous disant que les détenus adorent le football, plus que le patinage artistique et ce n’est pas les surveillants pénitentiaires qui diront le contraire. Il suffit de se rendre dans une prison le samedi soir pour se rendre compte que l’ambiance  y est aussi électrique que dans un stade de football.

 Pourquoi, par conséquent, ne pas leur permettre d’assouvir leur passion en les transférant au stade Jean Laville ? Certes les débuts risquent d’être difficiles les détenus ayant préféré être au stade Vélodrome (OM) ou au Parc des Princes (PSG) voire au stade Louis –II de Monaco proche des bijouteries de luxe, il n’en reste pas moins qu’avec le temps les détenus s’attacheront à cette équipe qui ne cessera de progresser et gravira tous les échelons pour rejoindre la ligue 1. Ce club deviendrait en quelque sorte leur bébé. La réussite du FC Gueugnon ne fait aucun doute pour la simple et bonne raison que les joueurs seraient contraints de gagner. En effet conscients que leur public n’est pas vraiment composé d’enfants de chœur, les joueurs n’auraient pas d’autre choix que de gagner sous peine de s’exposer au mécontentement des prisonniers, mécontentement qui pourrait notamment se traduire par un envahissement de la pelouse, un passage à tabac des joueurs, une dégradation des infrastructures et, au final qui sait, une évasion dans la nature des 13 867 détenus. Je note qu’au passage la ville de Gueugnon se prêterait très bien à cette évasion bucolique puisque cette ville, au cœur de la campagne, est entourée de prés et d’étangs. Mais je vous en prie Madame la Ministre, positivons ! La probabilité qu’ils s’évadent de Gueugnon, ou du stade Jean Laville pour être plus précis, n’est pas plus forte que dans n’importe quelle autre prison française. Et puis pourquoi voudraient-ils s’évader d’abord ? Les infrastructures du stade Jean Laville sont remarquables ! Les détenus disposeraient d’une superficie de 9360 m2, d’une pelouse remarquable sur laquelle ils pourraient se dégourdir les jambes après chaque match, d’un éclairage aux normes UEFA, d’une salle de musculation, d’une salle de réception et bien entendu de vestiaires dans lesquels les détenus pourraient prendre une bonne douche. A bien y réfléchir la ville de Gueugnon a tout à y gagner. Ca va redonner un coup de fouet à l’économie locale ! Il faudra bien les nourrir ces 13 867 détenus. Il faudra également leur donner à boire, la bière connaîtrait alors un succès considérable à Gueugnon car vous n’êtes pas sans savoir que celle-ci demeure la boisson préférée des supporters. Fini la sidérurgie et les Forges de Gueugnon, c’est désormais l’industrie de la bière qui en prenant son essor, marquerait le redressement productif de Gueugnon. Je compte sur vous pour soumettre mon idée à votre collègue Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, dont je connais l’attachement pour la Saône et Loire. 

  Vous voyez, Madame la Ministre, pas besoin de construire d’autres prisons, que nos finances publiques ne nous permettent pas d’envisager de toutes façons, utilisons les infrastructures sportives existantes de notre beau pays et croyez-moi elles sont nombreuses à être sous-exploitées (3). 

En espérant vous croiser prochainement au stade Jean Laville, je vous prie de bien vouloir accepter mes sincères salutations gueugnonnaises.

  

(1)  L’expression « passer l’arme à gauche » sied à merveille aux hommes politiques appartenant au courant socialiste.

(2)  Force est de reconnaître que Mme Taubira n’est pas très grande

(3)  Un exemple parmi tant d’autres : le stade du Mans « le MMArena » de 250000 places, inauguré en 2011, et dont le taux de remplissage est actuellement de…..25%.

 

 

 

Panoramique_stade_Jean_Laville

    Le stade Jean Laville ferait une bien belle prison

 

 

 

 

 

images jean laville      Jean Laville n'était pas réputé pour sa drôlerie comme en atteste cette photo

 

 

 

panneau gueugnon

 

       Gueugnon une ville à la campagne

 

 

 

 

 

imagesCAG82C3R

Force est de reconnaître que Mme Taubira n'est pas très grande.